shadow

Une fois de plus je vous écris durant mes vacances en Espagne. J’y ai plus de temps.

Au cours des deux derniers jours, j’ai eu la chance de profiter de cette côte sauvage, alternant roche puis plages de sable fin. Je reste sous le charme de la mer d’azur, qui viens se brisez sur les rochers. Je ne me plais à regarder ces paysage à divers moments de la journée, voir en prolongeant le moment, pour profiter de belles nuits étoilées.

Alors cela m’a fait réfléchir. Je n’ai pas remarqué ou rencontré ici la moindre personne qui semble souffrir de dépression ou d’une quelconque déprime. Je me demande pourquoi je ne pourrais pas suggérer / partager ce moment à quelqu’un qui a ce type de symptôme. Voici ma suggestion (je ne prescrit rien, les médecins sont là pour ça) ?

Eh bien, l’idée je pense est d’utiliser ici le déplacement dans un autre lieu.

Faire des choses. C’est un excellent point de départ. Progresser activement et passer du temps dans des situations différentes, avec des gens, ou bien seul, dans la nature – sur la plage, dans les collines. En fait, je me demande quel pourrait être le résultat si notre courageux aventurier (dépressifs) avait été récemment parachuté dans ce lieu lointain et sauvage, et comment il pourrait réagir. Aidez-le, faites l’exercice suivant …

  1. Allez à un endroit d’une beauté naturelle, qui vous donne envie. Trouvez et allez à cet endroit, choisissez une place d’où vous pouvez avoir une vue panoramique sur le paysage.
  2. Prenez ledit point de vue, admirez l’expérience visuelle pour tout ce qu’elle a à offrir. Notez s’il y a des sons particuliers et même des odeurs, sentez vous la légère brise sur votre visage. L’air est il chaud ou frais ?
  3. Essayez de changer de point de vue, positionnez vous autre part dans ce même paysage. Mentalement notez tout dialogue interne, sans analyse consciente. Il suffit de le percevoir et ensuite le laisser filer.
    Notez les points d’intérêt de plusieurs éléments qui attirent l’œil. Ceux-ci peuvent être beaux ou juste banales, grandes ou petites. Il suffit de les décrire et de les percevoir.
    Visitez ces points d’intérêt. L’un après l’autre, sans aucune méthode. Selon votre plaisir.
    Maintenant prenez le point de vue d’un oiseau, ou autre moyen si vous le voulez, mais juste aller là-bas (avec de l’argent et de l’eau bien sûr).
  4. Répétez en boucle. « J’y vais, j’y vais, j’y vais, … », jusqu’à atteindre ce point.
    N.B. sortez de votre fauteuil et l’action vous semblera plus intéressante. Vous avez fait le pas. Faites-en une chose éphémère , faites-en un jeu et ne réfléchissez-pas dessus. Refaites l’exercice le lendemain, si vous êtes a nouveau triste.
  5. Une fois conscient des sujets plus ‘personnels’ qui vous posent rendent triste (maussade), utilisez la possibilité de «zoomer» sur les détails de l’endroit choisi – des sons, des images et des odeurs. Respirez cet endroit. Imaginez «être là». Comparez les différences entre vos sensations dans ce lieu et vos sensation personnelles. Lequel préférez-vous et pourquoi?
  6. Rincez et répétez l’étape 5 pour tous les lieux choisis-vous remarqué. Oui, cela nécessite un investissement, sur plusieurs niveaux.
  7. Retournez à l’étape 1. Revoyez la scène. Ré-évaluez votre expérience, vues, sons , odeurs, sensations … maintenant, vous avez été à la fois loin et de près de vous en même temps.

Restez en contact avec moi, racontez moi ce que vous avez ressenti.

Que pensez-vous de l’effet ?
Envoyez-moi une carte postale … de là-bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *