shadow

J’ai décidé de vous partager une bonne tranche de ma vie.

Après avoir consulté 2 médecins, et avoir attendu septembre pour consulter un dermato compétent (merci à ma chère et tendre de m’avoir forcé à y aller), il s’avère que c’est un psoriasis en gouttes … Ca ne gratte pas, c’est juste moche.

Le diagnostic a même nécessité un beau prélèvement, pas juste un gratouillis, mais plutôt un coup de canif en profondeur et 3 points de suture. C’est confirmé.

Voici l’image de mon bras. Imaginez ceci, mais sur tout le corps. Une peau de léopard,  Grrr , so sexy.  Juillet, Août et Septembre, la plage et le soleil en Espagne , … caché , perdu , je m’isole … que du bonheur 🙁

D’où cela vient-il ? Je ne sais pas. En tout cas je n’ai pas ressenti de ‘stress’ particulier à cette période, ni avant pendant ou maintenant. Les seuls éléments qui me semblent probants sont :

  1. le fait d’avoir fait ressortir pas mal de chose en moi lors de ma formation en Juillet (hypnose) et d’avoir travaillé sur des thématiques ‘profondes’ , ou bien
  2. le fait de devoir rendre un gros travail à échéance (pour septembre), là aussi grâce à l’auto-hypnose, la futurisation et le dialogue interne.

Je ne le saurai en fait jamais avec certitude. (Màj : Quelques mois après … oui, le stress était là, une défaillance émotionnelle, un fort conflit refoulé qui cherchait à s’exprimer, en plus des deux points précédents.)

Les différentes discussions avec la dermatologue ont été très intéressantes. Elle m’a partagé son point de vue sur le psoriasis et le fait que beaucoup de ses patients  y liaient un facteur psychologique ou émotionnel fort (sans l’admettre ou vouloir le solutionner). Elle était du même avis que moi, en confirmant qu’un travail « complémentaire » de type non médicalisé (psychologie, relaxation, changement d’alimentation, hypnose, …) apportait généralement des améliorations importantes aux résultats, ainsi que dans l’acceptation de cette ‘maladie’.

Le travail sur soi et l’hypnose ont des effets sur nos croyances et notre façon de penser ;  le corps aussi provoque des effets, et cherche à communiquer, à sa façon. Il est nécessaire de l’écouter et lui répondre. Notre équilibre interne est fragile et sensible. Il faut de temps en temps laisser les choses se ‘cicatriser’, et pas seulement physiquement.

Pour conclure, la bonne nouvelle est qu’à ce jour tout est (presque complètement) parti. Pourquoi, comment ? Plein de crème sur le corps et plein de tranquillité dans la tête (dialogue interne, auto-hypnose).

animals_widewallpaper_leopard_66086

Mise à jour ( Jan 2014) :

Après 3  mois ( fin 2012), et après un fort travail sur moi en auto-hypnose, je suis arrivé à réduire grandement les effets. J’ai stoppé volontairement tout type de crème car j’ai pris conscience que m’enduire de produit sur l’ensemble de mon corps provoquait un début de dépendance, à la fois au contenu de la crème mais aussi une dépendance au rituel de m’occuper de ma peau, de l’enduire, d’y passer ‘trop de temps’ (plus que nécessaire).

L’effet peau de léopard a réduit, presque disparu, et un masque rouge est apparu sur le visage. Comme si j’avais fait une allergie au masque de Zorro. Tout autour des yeux, plaques rouge, gonflements  … ceci à duré 1 mois et demi.

En transe, je cherche, je devine, j’écoute, je ressent. Mon corps me dit … « Js. tu n’as pas encore tout compris, je suis ton pso, je suis là et je fais en sorte que tu ne m’oublies pas, et en plus maintenant tu ne peux pas le cacher aux autres. »

Travail, encore travail sur moi, et découverte de certains outils ‘énergétiques’ et mise en place de technique de travail ‘avec le coeur’. J’ai beaucoup appris.

Une belle expérience. Qui fait désormais de mes acquis.

Note : à ce jour (2014), il ne reste plus aucune trace de tout cela. Et j’ai reçu 5 personnes (patients) en séances pour cette problématique.

Comment j’ai réduit et accepté le phénomène.

Voici ma façon de gérer et de travailler sur le sujet. Cela n’est que pour information et nécessite de connaitre certaines techniques d’hypnose. En cas de doute, demandez à un praticien expérimenté sur ce sujet.

J’ai fait un travail de descente en auto-hypnose, qui m’a permis d’aller très loin au fond de moi, presque à me perdre, mais toujours en gardant un fil rouge qui me relie à la thématique du psoriasis. Trouver, chercher, comprendre, respecter.

Laissons le subconscient nous passer le message important.

  • « Ma peau, mon corps, que souhaites-tu me dire ? »

Validons maintenant le message.

  • « Ma peau, mon corps, ai-je bien compris ce que tu veux me dire ? »

Si le message est bien compris et que nous souhaitons le respecter, commençons par remercier cette ‘communication’ qui a été faite. Une communication jugée importante et nécessaire au plus profond de nous.

  • « Peau, Corps, je vous ai compris, j’ai maintenant votre message, pas seulement dans la peau, mais aussi dans mon esprit, dans mes pensées, vous m’avez guidé, vous m’avez parlé, je vous ai compris…. Merci pour votre message … Il est noble et important … je vous comprends désormais… je me comprends aussi. Paix, calme, compréhension, respect, écoute de moi-même.»

Ici il faut réellement être certain que le message a été correctement compris et interprété. Pour aller plus loin, il faudra absolument respecter le message, faute de quoi, un retour risque de se faire, de la même manière ou d’une autre.
Maintenant on remercie, et on laisse les choses s’apaiser.

  • «Peau, Corps, … ma Peau, mon Corps… merci pour le message, vous avez fait un travail formidable. Vous pouvez fonctionner à nouveau normalement, sainement. Vous pouvez atténuer votre message. Je l’ai compris, je vais le respecter. Revenez à un état ou nous serons en harmonie. Nous ne faisons qu’UN. Je me respecte, en entier, tel que je suis, je me supporte, je m’accepte, je me détends. Je me comprends enfin.»

Il faut aussi travailler la cause en quelques séances (généralement un deuil).

« J’accepte maintenant ma sensibilité ; j’apprends à faire des choses pour moi et non pas seulement en fonction de ce que les autres attendent de moi. Et bien que le psoriasis soit probablement survenu à la suite d’un évènement douloureux ou d’un choc émotionnel, j’accepte que cela fasse partie du processus naturel de la vie et de ma croissance et de devenir plus fort et plus solide intérieurement. J’apprivoise chacune de mes émotions. J’apprends à me faire confiance. J’ose prendre le risque de m’ouvrir aux autres afin de recevoir la douceur du contact. En étant « en contact » avec ce qui se passe à l’intérieur de moi, l’angoisse fait place à la confiance en moi-même et en la vie ! »

Une intéressante définition , qui me « parle ».

Voici un l’extrait d’un livre que j’ai découvert il y a peu et qui fais le lien entre les maladies/malaises et leurs causes psychologiques probables : « Le grand dictionnaire des malaises et des maladies » par Jacques Martel.

Psoriasis

« Le pso consiste en une surproduction de cellules cutanées créant un entassement des cellules mortes, un épaississement de la peau, des plaques rouges épaisses ou en gouttes et qui sont recouvertes de fragments de substances cornées blanchâtres. Si j’ai du psoriasis je suis parmi les 2% de la population du globe qui a cette maladie.

Je suis généralement hypersensible, « à fleur de peau » et j’ai un très grand besoin d’amour et d’affection qui n’est pas comblé, me rappelant peut-être une autre période difficile de ma vie. A ce moment là, j’ai probablement eu un très grand sentiment d’abandon ou de séparation de quelqu’un ou de quelque chose qui m’était cher. Car le psoriasis implique qu’il y a eu une double séparation (l’eczéma lui, implique une simple séparation), c’est à dire le plus souvent avec deux personnes différentes ou une double séparation face à une même personne. Cela pourrait être qu’on m’a séparé de mes deux parents lorsque j’étais enfant. C’est la peau qui est « touchée » car, pour moi, étant un enfant, ce dont j’ai le plus besoin, c’est du contact physique avec mes parents ou avec toute autre personne que j’aime et avec qui je me sens proche. La double séparation peut être celle avec ma mère et un de mes frères ou une de mes soeurs, ou avec mon conjoint et un projet de travail (« mon bébé »), ou n’importe quelle autre combinaison qui implique une séparation avec deux personnes ou deux situations que j’aime et qui me tiennent à coeur. Je peux me sentir séparé de moi, de ma propre identité. De plus, je peux me sentir obligé d’avoir des contacts non désirés avec d’autres personnes. Le fait d’être ou de me sentir séparé m’empêche d’avoir ce contact, surtout par rapport au touché, donc de ma peau, avec ces personnes que j’aime. La réunion est impossible. Il y aura alors apparition du psoriasis. Maintenant, j’ai tellement peur d’être blessé que je veux garder une certaine distance entre moi et les autres. Je veux éviter de perdre la face. Le psoriasis est une belle façon qu’a mon corps de se protéger contre trop de rapprochement physique et de se protéger contre ma vulnérabilité. C’est comme une cuirasse qui moule et protège mon corps à l’extrême. Je vis donc un conflit intérieur, une ambivalence entre mes besoins et mon désir de rapprochement et ma peur du contact qui me fait garder mes distances. Je me sens incompris des autres. Je veux contrôler ce que les autres me donnent. J’ai l’impression que je me fais avoir, que certaines personnes abusent de leur autorité, surtout s’ils ont beaucoup d’argent. Je dois donc me libérer de certains « patterns » mentaux et attitudes qui ses sont accumulés et qui, maintenant, n’ont plus raison d’être, étant éteints et morts. J’ai tellement réprimé mes émotions que je vis une angoisse permanente. Je contrôle bien ma vie jusqu’au moment où je dois faire face à mes propres émotions. A ce moment, c’est la panique »

 

Comments

  1. Jessy    

    Bonjour

    J ai fait les allumettes de Jacques Martel avec le psoriasis 😊 . J ai du PSO depuis .. ma naissance c est à dire que à 17 jour première pousse qui a dure 3 /4 jour suite à une crème que ma mère ce rapel juste avoir fait préparer par ordre du dermato .

    Mon père avait le même PSO que moi ( en goute qui gratte pas) sont frères aussi … Mais pour mon père c’est partis tout seul …

    Le PSO est revenue vers mes 16 ans pour rester partout en goutte très touche au visage . Un filtre de douche m as permis de m’en débarrasser de presque moitié… Ou alors la thérapie que j avais commence et qui m’a fait reprendre contact avec mon père mais j ai un doute car dès que le filtre à douche à passer ma date d utilisation je sent que le PSO reviens et mafille à la peau qui rougis et gratte … Je fait un test depuis 3 jour je me lave à l’eau de source pour mes jambes c’est radical j aurais du prendre une photo avant mais franchement le PSO s atténué beaucoup beaucoup !

    Je vais continuer quelques jours mais c’est assez contraignant…

    Je vais essayer en méditation d aller à la rencontre de l’émotion qui aurais pus laisser place au psoriasis car effectivement j ai eu 2 abandon une foi avec père une foi avec mère ( c’est à ce moment là que le PSO et sorti 16an) mais par contre celuis à la naissance je sais pas est ce que l’hypnose pourrais m’aider est ce que c’est le fait d avoir coupé le cordon ? Je vais aussi essayer de travailler dessus en méditation mais que faire ou dire ( c’est bon psoriasis j ai compris tu peut partir??) C est pas évident de savoir ce que l’on doit faire je suis très très touche au visage sa me gène même si je vie très bien avec j en veux pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *