shadow

Lors de l’une des formations, un jeune psychologue était malheurex parce qu’il « ne pouvait pas « être hypnotisé ». Il disait qu’il avait vraiment essayé de coopérer, mais en vain; et qu’il pouvait encore « entendre tout ce que l’autre personne a dit », et que « rien d’autre ne s’était passé ».

Après lui avoir demandé de m’asseoir, je lui ai demandé: « Je suppose que vous avez une assez bonne idée de ce qu’une personne devrait vous dire afin de vous hypnotiser correctement, n’est ce pas ». Il hocha la tête pour dire oui et dit: « Je pense en être capable ». J’ai répondu: « parce que nous sommes tous ici pour apprendre, je voudrais savoir ce qu’il faudrait pour arriver à vous faire savoir que vous êtes dans un état hypnotique? » Il a énuméré plusieurs possibilités, y compris la catalepsie du bras. J’ai insisté sur son choix (système de croyances) en disant: « Voulez-vous dire que vous croyez que la catalepsie du bras est une façon où vous savez que vous êtes dans l’hypnose? » Il répondit: « C’est vrai! Absolument! ».

Je lui ai alors demandé de me faire une faveur « personnelle » et de fermer les yeux, ce qu’il a fait. Je lui ai alors dit que peu importe ce que je dis, qu’il devrait ignorer mes remarques, et au lieu de m’écouter , qu’il se concentre et écoute sa voix intérieure en se disant lui-même les mots adéquats pour rentrer en hypnose. Il hocha la tête, et j’ai commencé à dire quelques petites choses sans importance, comme « vous continuez, vous le faites très bien » et « c’est vrai … encore plus lentement » (au rythme de sa respiration). Après quelques commentaires plus loin, je dis, (à voix basse) « et continuez à écouter votre voix intérieure ». Ensuite je me tais.

Après trois ou quatre minutes, j’ai pris son poignet droit doucement et lentement j’ai commencé à lever son bras droit devant lui, puis en le maintenant pendant environ 30 secondes. Je l’ai ensuite lentement laissé aller jouer à son propre jeu intérieur. Son bras est resté là où il était, et, après près de cinq minutes, il ouvrit les yeux.
Il regarda son bras, encore en catalepsie et dit: «Que je sois damné! Je l’ai fait! ».

Ce qui précède est un exemple d’utilisation du « système » de pensée propre à l’individu, un système de croyances afin de l’aider à ressentir et provoquer des changements. Dans ce cas, le système de croyances de l’individu a été utilisé pour produire ce qu’il voulait alors qu’il ne parvenait pas à l’atteindre: être hypnotisé!

Extrait et traduction du livre Monsters and Magical Sticks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *