shadow

Cela vous dérange ? Relisez le titre.

ChainesJ’ai découvert ce terme lors de ma formation ‘Provocative Hypnosis‘.  Musturbation est une contraction entre les mots ‘must’ et ‘masturbation’ inventé par Albert Ellis, fondateur de la Rational-emotive behavior therapy (REBT). Il se réfère aux ‘devoirs et ‘contraintes’ ainsi qu’aux conditions que nous nous imposons.

  • D’un point de vue cognitif, MUST signifie ‘Devoir’, c’est comme une obligation que l’on s’impose à soi-même et parfois aux autres. (par exemple les croyances et  les religions).
  • La masturbation intellectuelle est purement personnelle et intériorisée. C’est une saturation de notre tête par des histoires, des projections, des « si … » ,  en fait rien que du bruit et du parasitage de ce qui devrait être fait : « l’action et le contrôle de soi ».

Le tout fait que nous créons à un cocktail « limitant » de « Je dois être …« , « Vous devez être …« , « Le monde doit être …« . Dans la vie d’un musturbateur tout ce qui sort de l’ordinaire, toute contrariété est une souffrance. Il s’agit d’un refus de la réalité dans toute son imperfection. Dans un principe de PNL, c’est un refus de la notion « la carte n’est pas le territoire » et le musturbateur pense et affirme que sa vérité est la réalité et qu’elle s’applique à tous. C’est un intégrisme  morale.

Selon Albert Ellis, en plus de la religion, il y a ce qui peut être considéré comme les cinq meilleures idées irrationnelles que s’impose l’être humain:

  1. Il est d’une nécessité absolue d’être aimé et considéré (par les autres et / ou de Dieu),
  2. Si vous n’êtes pas totalement capable, alors vous ne valez rien (à moins que Dieu vous aime);
  3. Certaines personnes sont mauvaises (parfois sans espoir), et doivent être sévèrement blâmées et punis pour leurs péchés (parfois éternellement),
  4. Il est horrible (et même catastrophique) quand les choses ne se passent pas comme vous le voulez (alors Dieu doit en quelque sorte faire mieux) et
  5. Les êtres humains ne peuvent pas contrôler leurs propres niveaux de malheur (et doit donc compter presque uniquement sur la miséricorde de Dieu).

Plus simplement, en thérapie, je me limite aux concepts suivants que le patient traîne avec lui:

  1. Je dois réussir,
  2. Je dois être respecté,
  3. Ma condition de vie doit être absolument ce que je veux, et je ne dois jamais être frustré.

Quelques exemples :

  • La table doit être propre, ton lit doit être fait,
  • L’autorité (médicale, parentale, …) a toujours raison, je ne dois pas aller à l’encontre de son diagnostique, de ses affirmations, ou me poser des questions,
  • Je ne dois jamais perdre le contrôle de moi,
  • Cette personne qui n’a pas réussi quelque chose d’important est un looser et je dois la dénigrer,

Trouvez en vous, et dressez  cette liste de « must » qui vous énerve en permanence. Travaillez avec. Pour chaque élément trouvé, dites-vous:

  • « Y a t’il une loi dans l’univers qui m’empêche de faire cela ou qui fait que telle personne n’a pas le droit de le faire ».

Si vous êtes bloqués, allez voir un bon praticien qui va assoupir tout cela.

Si vous avez un peu de temps, découvrez Albert Ellis :

Et vous ? Sur quoi vous musturbez vous  ? Qu’est ce qui vous limite ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *