shadow

emotionVoici une lettre que vous connaissez probablement. Je l’apprécie tout particulièrement pour son contenu et sa façon de jouer avec les émotions du lecteur.

« Mes chers parents,

Depuis que je suis étudiante, je ne suis pas très forte pour la correspondance et je vous prie de bien vouloir m’en excuser. Je souhaite vous informer de ma situation mais avant de lire cette lettre, je souhaite que vous puissiez vous asseoir.

Je vais assez bien maintenant… la fracture du crâne et les différents traumatismes, dont j’ai souffert après avoir sauté de ma chambre universitaire soudainement envahie par les Flammes, sont maintenant quasiment guéris. J’ai passé quinze jours à l’hôpital et je peux maintenant voir presque normalement. Les migraines, quant à elles, disparaissent petit à petit.

Heureusement, l’incendie du dortoir, ainsi que mon saut ont été vus par le pompiste de la station voisine qui a aussitôt alerté les pompiers et le SAMU. Il est également venu me voir à l’hôpital et m’a aimablement proposé, puisque ma chambre était devenue inaccessible, de partager son appartement.

En guise d’appartement, c’est plutôt une cave mais je la trouve particulièrement sympa. C’est un garçon très bien, je dois vous avoue mon amour pour lui et nous avons donc décidé de nous marier. Nous n’avons pas encore fixé la date mais ce sera bien sûr avant que ma grossesse ne soit apparente.

Oui, mes parents chéris, je suis enceinte. Je sais combien vous désiriez être grands-parents et je sais que vous accueillerez ce bébé avec cet amour, ce dévouement et cette tendresse que vous m’avez donnés quand j’étais petite.
Si nous ne sommes pas encore mariés, c’est tout simplement parce que mon Fiancé a attrapé une petite infection qui nous empêche de passer la visite prémaritale obligatoire… et que j’ai bêtement attrapé à mon tour.

Je sais que vous vous accueillerez avec joie ce garçon clans notre famille. Il est vraiment très gentil, et même s’il n’a pas tait d’études, il a de l’ambition.

Certes, il n’est ni de la même race, ni de la même religion que nous, mais je connais trop la tolérance que vous m’avez professée pour supposer un instant que cela puisse vous gêner.

Maintenant que je vous ai expliqué dans le détail ma situation, il tout que je vous dise que tout cela est taux. Il n’y a pas eu d’incendie, il n’y a pas eu de fracture et de traumatismes, je n’ai pas été à l’hôpital, je ne suis pas enceinte, je ne vais pas me marier, il n’y a aucune infection et le fiancé n’a jamais existé’. En revanche, j’ai eu un 3 en histoire et un 4 en chimie… Et je voulais vous aider à relativiser les choses…

Votre fille qui vous embrasse. »

Comme quoi, savoir s’exprimer, mettre des émotions et jouer aux montagnes russes avec,  permet souvent de faire passer le message souhaité une fois que la pression se relâche. Tout n’est en fait qu’une histoire de point de vue et de ressenti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *