shadow

apprentissageVoici un texte qui me « parle » tant dans son contenu que dans sa métaphore. Apprendre est une chose essentielle. Que ce soit dans l’apprentissage de la musique, de la conduite, un sport, mais aussi dans notre façon d’apprendre à avoir peur ou à avoir un mauvais comportement. Nous apprenons tout le temps, et cela sans avoir d’expert pour nous superviser.
Petites remarques, en fin de texte, afin de continuer la réflexion. Bonne lecture, même si vous n’êtes pas musicien :

Pour enseigner le jeu des cordes, on doit envisager le mouvement sous deux aspects:

a) celui de la physiologie.
b) celui de la physique.

Le premier aspect s’attache aux différentes fonctions du corps en train de jouer; l’équilibre, la synergie des mouvements, les types de mouvements (balancements, mouvements soutenus, passifs ou actifs), la tension, l’excès de tension, la tension statique, la détente. etc.
Le second aspect concerne les propriétés physiques du mouvement, les variations de la vitesse et du poids du bras et de l’archet, le début, l’accélération, le ralentissement, l’inversion et l’arrêt du mouvement. Il faut tenir compte de la gravité, de l’inertie ou de l’élan dans le diagnostic des problèmes ou des erreurs de mouvement. L’aspect physique implique également les propriétés acoustiques de la corde et de l’archet et la qualité du contact entre la corde et la mèche, entre le doigt et la corde.

Quand nous portons notre fourchette à notre bouche, notre attention est généralement centrée sur la nourriture, son goût, son odeur, sa texture. Nous la mâchons en la dégustant et nous l’avalons sans nous occuper des mouvements d’ascension du bras, de la façon de tenir la fourchette et de mâcher, ou encore des mouvements subtils de notre langue. Pour une interprétation musicale impeccable, c’est exactement la même chose : on doit viser le but sans être conscient des détails. Essayez de manger avec des baguettes dans un restaurant chinois: la première fois, vous vous sentez maladroit et vous êtes conscient de vos gaucheries. C’est la même chose pour le jeu d’un instrument. On peut atteindre cet état de béatitude qui consiste à oublier complètement les détails techniques, mais, pour acquérir toute l’habileté requise, il est fort utile de savoir quoi faire, et bien sûr, indispensable de travailler… Les mouvements doivent passer du niveau intentionnel et conscient au niveau subconscient. Ils deviennent alors automatiques comme pour rouler à bicyclette ou conduire une voiture.

L’apprentissage suppose une double démarche : la formation et les retouches. On aborde sans cesse de nouveaux éléments techniques, de nouvelles connaissances, mais il faut toujours approfondir ou rectifier ce qui est déjà acquis. La première de ces démarches est toujours plus populaire auprès des élèves, et le professeur doit être vigilant. Attention aux progrès trop rapides ! Ils risquent d’être fragiles et superficiels. Dans son enseignement, Suzuki insiste beaucoup sur la révision et le raffinement constant des acquisitions. Le travail correctif est un corollaire indispensable au travail de formation.

 

Troisième aspect le comportemental et le cognitif.

En thérapie brève, nous ne travaillons pas sur la partie physiologique et encore moins sur la partie physique, mais l’être humain forme un tout. L’équilibre ou le déséquilibre est à la fois interne et externe. De simples plombages métalliques dans votre bouche qui entrent en résonnance (ou qui changent votre énergie) peuvent vous changer la vie et bouleverser votre équilibre.

Tout comme dans le texte, l’apprentissage est fondamental et ne doit pas être fait trop rapidement, afin d’être bien intégré. Le meilleur apprentissage est celui qui se transforme en reflex inconscient. L’inertie des mots, les élans, les mouvements, les sursauts …faire le tri entre ce qui est un bon apprentissage et celui qui pose problème ; tout peut devenir un indice qui permettra de travailler avec efficacité. Etre vigilant.

Certaines personnes ont tellement bien appris et intégré une phobie ou un mauvais comportement que notre rôle sera alors de faire ce travail de correction, cette retouche si importante. Changer, modifier, mais ne pas laisser de vide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *