shadow

birds-cage« Rien ne doit ou devrait durer éternellement – y compris une thérapie. »

Savoir comment mettre fin à la thérapie est aussi une compétence à ne pas négliger. Il fut une époque où la psychothérapie était censée se prolonger deux fois par semaine pendant des décennies. En fait, les lignes directrices internationales pour le traitement de la dépression suggèrent que si votre client déprimé ne se sent pas beaucoup mieux après cinq séances, vous vous devez de le renvoyer à un autre professionnel. Et cela vaut aussi pour les autres problématiques.

Il n’est pas nécessaire de garder quelqu’un en thérapie quand il n’en a plus besoin . Rappelez-vous qu’il vous paye !

Si quelqu’un veut ou à besoin de parfois « discuter », « se confier » ou « juste parler et être écouté », c’est très bien. Mais retenez qu « Un thérapeute devrait aider où il peut , mais ne doit pas laisser sa trace dans la vie privée de son client ».

Etre thérapeute c’est fournir un service, une prestation. Si vous allez voir un avocat pour de l’aide mais qu’ensuite vous continuez à le visiter et à le payer sur une base régulière, même après avoir terminé son travail, vous lui seriez reconnaissant s’il attire votre attention sur ce point, n’est-ce pas ?

Terminer une thérapie dès que possible ne signifie pas non plus jeter le client quand il a encore besoin d’aide. Il s’agit d’établir des lignes directrices claires et de l’aider à être émotionnellement prêt pour son traitement jusqu’à la fin.

Comment mettre fin à la thérapie ?

Il faut s’assurer que les besoins émotionnels de base sont réunies à en dehors de la séance ou du lieu de thérapie.

Chacun a des besoins de base concernant les besoins d’attention et d’intimité. Si vous n’avez pas activement encouragé et aidé votre client à répondre à ces besoins à l’extérieur de sa thérapie qui le lie avec vous, alors il se sentira dépendant de vous. Si vous êtes la seule source réelle du contact humain et d’attention, évidemment qu’il se ressentira le besoin de vous voir . Mais il ne faut pas confondre « thérapie réussie » et « thérapie terminée ».

Une thérapie « terminée » est celle qui se passe quand le thérapeute :

  • comprend que le rôle du thérapeute est d’aider le client à résoudre des problèmes spécifiques et non pour répondre à leurs besoins de base de façon continue,
  • aide son client ou son patient à être clair sur ce que sont ses besoins et comment y répondre efficacement dans sa propre vie.

Attirer l’attention vers l’objectif thérapeutique

C’est pourquoi il est si important d’être clair avec quelqu’un depuis le début, en établissant des objectifs très clairs et mesurables. Si personne ne sait quand le traitement a été un succès (parce que aucun objectif clair n’a été défini), alors personne ne sait quand cela est censé se terminer. Imaginez un corps de métier du bâtiment faire cela lorsque vous faites construire votre maison.

Ainsi, dès le début, vous avez besoin pour construire, dans l’espoir que la thérapie se termine et préciser les paramètres qui seront de bon indicateurs. Comme par exemple :

« Donc, nous allons savons que vous n’aurez pas besoin de plus me voir lorsque :

  • vous dormez mieux;
  • vous vous sentez plus en confiance sexuellement;
  • votre crainte de conduire dans les tunnels aura été dépassée et ne sera plus que futilité;
  • vous avez cessé de fumer. »

La fin devrait être là, … depuis le début.

Lorsque ces objectifs ont été atteints, vous attirer l’attention du client vers eux :
« Vous êtes venu me voir parce que vous souhaitiez […] Maintenant que nous avons atteint ces objectifs à votre demande, y avait-il autre chose que vous souhaitez travailler avant de mettre fin à la thérapie ? », « Dans tous les cas, je reste à votre disposition »

Qu’il soit clair dès le début que la thérapie sera finie

Bien sûr, vous ne pouvez pas toujours dire exactement combien de sessions une personne aura besoin pour se remettre d’une dépression, ou pour réussir à cesser de boire, pour être capable d’avoir confiance en elle, … mais vous pouvez lui donner une indication. Donc, je pourrais dire :

« Beaucoup de gens peuvent être aidés en quelques séances et souvent se sentent rapidement mieux, parfois même avec une seule. »

S’il demande ce qui se passe car il ne se sent pas mieux,  je suggère qu’au bout de quatre ou cinq séances, il estime ne pas avoir trouvé de bénéfice, alors il est recommandé de le renvoyer consulter quelqu’un d’autre .

Si quelqu’un veut me payer pour être une « écoute » professionnelle tous les deux semaines, c’est très bien – aussi longtemps qu’aucun d’entre nous ne pense que rien ne se passe (qu’il y a un changement) et que je suis clair avec le patient que c’est ce que nous faisons. C’est OK.

Vous n’avez pas besoin de jeter quelqu’un dehors dans le froid. Ce que vous devez faire est de veiller qu’à l’extérieur il fait suffisamment chaud pour eux .

« Rien ne doit ou devrait durer éternellement – y compris une thérapie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *