shadow

blamerLa thérapie provocatrice – Le sujet du jour, … apprendre à blâmer. Comprendre où le patient met la responsabilité de son problème, car il est tellement facile de mettre la responsabilité sur les autres.

« On est seul responsable de sa vie. Il ne faut blâmer personne pour ses erreurs. On est soi-même l’artisan de son bonheur et on en est parfois aussi le principal obstacle. » de Katherine Pancol

La liste (ci-dessous) des ‘Accusations’ ou des ‘Blâmes’ est un outil merveilleux dans l’usage de la thérapie provocatrice, afin de s’assurer que le patient n’est en aucun cas responsable de ce qui lui arrive. Cela permet de faire le tour de la question avec lui, et de désigner le facteur prédominant qui est la source de « son problème ».

Il est bon de rechercher avec le patient, ‘qui’ il peut blâmer. N’évitez aucune piste, allez jusqu’au bout, regardez ses réactions, écoutez ses mots.

Accuser ‘La vie’

  • Le corps,
  • La biologie,
  • Type de corps,
  • Les déficiences,
  • L’hérédité,
  • Les hormones.

Accuser ‘Le destin’

  • Astrologie,
  • Malchance,
  • Dieu,
  • Le Karma,
  • Les vies Antérieures.

Accuser la ‘Famille’

  • Parents,
  • Frères,
  • Soeurs.

L’histoire

  • Age,
  • L’ordre dans la fratrie,
  • L’enfance,
  • Les origines.

L’esprit, le cerveau

  • L’inconscient,
  • La bêtise,
  • Je ne sais pas.

La nature

  • Le Yin et le Yang.

La société

  • Le patron
  • L’éducation
  • La loi
  • Les médias
  • Les hommes / les femmes
  • Les autres
  • Les politiques
  • La télévision
  • Le monde
  • Le système.

« Si ton âme est blessée, ne blâme jamais les autres de ses plaies.«  de Achille Emilianides

Mais ce n’est pas tout . Rappelez-vous aussi ceci  « La louange est le commencement du blâme. »

Encenser, faire des louanges cache souvent un blâme possible, une excuse, une raison. C’est un comportement du patient à surveiller en tant que thérapeute, parfois encenser quelqu’un ou quelque chose, une situation, peut aussi pré-supposer d’un retour de balancier. Mettre haut, très haut pour que cela retombe très bas, et ensuite le reprocher.

Cela ne veut pas dire que TOUT vient du patient. Non. Mais la perception, le ressenti, les émotions du patient sont à l’intérieur de lui, dans sa tête, dans son coeur, dans ses tripes ; c’est là qu’est la matière qui peut être changée. Il est important que le patient trouve la cause et ensuite la solution au problème AUSSI en  lui-même. C’est le moyen le plus efficace pour travailler sur le changement possible, briser le cercle ; changer de point de vue, changer de perception, changer ses sentiments et changer ses réactions.

—-

« Ne blâme pas Dieu d’avoir créé le tigre, mais remercie-le de ne pas lui avoir donné d’ailes. »

« L’Évangile moralise admirablement sur ceux qui voient la paille dans l’œil du voisin et ne voient pas la poutre dans le leur ; mais la nature de l’œil ne lui permet de regarder qu’au dehors, il ne peut pas se voir lui-même ; c’est pourquoi remarquer et blâmer les défauts des autres est un moyen propre à nous faire sentir les nôtres. Il nous faut un miroir pour nous corriger. » – Arthur Schopenhauer

« Il y a quelque chose de somptueux à s’accuser soi-même. Lorsque nous nous blâmons, il nous semble que personne d’autre n’a le droit de nous blâmer. » – Wilde

« Tout l’homme sur la terre a deux faces, le bien Et le mal. Blâmer tout, c’est ne comprendre rien. » Victor Hugo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *