shadow

44a3571dd9c5efdad0da67ca39015221
Je souhaite parler de la situation présente et, bien que je puisse trouver d’innombrables exemples par le passé,  je trouve désormais  inutile et consommateur d’efforts que de projeter des qualités ou des défauts sur les autres.

« En amour, ce qu’on aime c’est sa propre image flatteuse que l’autre vous renvoie de vous-même. » – de Jean-Jacques Sempé

Je ne trouve pas utiles de mettre des qualités d’un côté et des défauts de l’autre, personnellement je considère cela discriminant et limitant dans la pensée et le respect qu’il est nécessaire de porter à l’autre et par conséquent envers soi-même. L’autre n’existe que par notre propre projection de notre monde intérieur.

L’autre, c’est comme quelqu’un de l’autre côté,  il n’est pas en opposition mais plutôt le reflet du miroir.

L’autre c’est en réalité le « chat de Schrödinger », tant que la boîte n’est pas ouverte, tu ne sais pas s’il est vivant ou mort car seul l’observation de l’intérieur de la boîte décidera de l’issue et de la perception. C’est d’ailleurs une des revendications de la mécanique quantique, « l’observateur influe sur ce qui est observé ».  Mon regard et ma perception intérieure influent sur le monde extérieur.

Chaque être humain est différent, et perçoit le monde à sa façon. Respecter l’autre c’est avant tout se respecter. En avoir conscience c’est un effort d’écoute d’abord interne, ensuite la perception devient lisse et il est ainsi plus facile d’être l’observateur et pas juge.

Il est effectivement facile de vouloir généraliser et de raisonner  en pensant « tous les …. sont des … », c’est très dommage car chaque personne est unique, belle et cassée à la fois, forte et riche de son histoire, et dès que je gratte un peu sous le vernis de cette universalité, il y a l’individualité qui prend le dessus. C’est aussi un exercice que j’ai fait et que je pratique de temps en temps, m’assoir en face d’un inconnu et de lui demander si je peux l’observer sans jugement. Au début cela m’a à la fois secoué et troublé, maintenant je parviens à mieux ressentir le moment et l’autre, car je suis désormais plus calme dans la rencontre de l’autre, apaisé.
3288704d606ea7ab97fe4c50acecd0a9
Il m’est devenu inutile de projeter des qualités sur l’autre – c’est souvent ce que je faisais dans mon mode de pensée, mettre sur un piédestal et puis enlever des points à chaque erreur constatée. Cela ne veut pas dire que c’est facile, mais la projection d’éléments sur l’autre est en réalité une perte de temps et d’efficacité et n’apporte souvent que des attentes et donc des déceptions. Je suis maintenant dans la stratégie de partir de zéro et de ne rien donner ou enlever car en fait ce serait moi et moi seul que je jugerai. Prendre le temps, respirer, et laisser l’autre m’exposer ses qualités et ses défauts. J’en souris, j’y prends du plaisir, j’y réfléchis et j’élabore mon idée tranquillement.

L’autre me fait plaisir. L’autre m’émerveille. La lumière me vient de mon propre intérieur, et l’autre et capable de la sublimer.

Comme ce post est publique et ne s’adresse pas seulement à moi, je vous invite à mettre en pratique la découverte de ‘l’autre’ afin de mieux vous découvrir vous-même.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=OS0Tg0IjCp4&start=86s]

Dans le même style de réflexion, je vous invite à lire ou a relire l’article suivant « le silence mis en évidence ».

Illustrations de http://www.stevenkenny.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *