shadow

Etymologie : du latin alter, autre.

En philosophie, l’altérité est le caractère, la qualité de ce qui est autre. C’est aussi la reconnaissance de l’autre dans sa différence, qu’elle soit ethnique, sociale, culturelle ou religieuse.

Le questionnement sur l’altérité conduit à s’interroger sur ce qui est autre (alter) que nous (ego), sur nos relations avec lui, sur les moyens de le connaître, sur la possibilité d’exister sans lui, s’il constitue une menace pour notre identité.

Dans le langage courant, l’altérité est l’acceptation de l’autre en tant qu’être différent et la reconnaissance de ses droits à être lui-même.

L’altérité se différencie de la tolérance car elle implique la compréhension des particularités de chacun, la capacité d’ouverture aux différentes cultures et à leur métissage.

L’altérité ne doit pas nous faire oublier que nous sommes aussi une personne à part entière, le NOUS, le MOI, l’Ego ne doit pas être négligé dans cette relation à l’autre.

« L’amour ne détruit pas l’altérité, il l’intensifie au contraire, mais en la transformant (…) L’amour implique une certaine altérité, non pas une altérité de l’ordre du lui, qui est exclusion, mais une altérité de l’ordre de toi, qui est réciprocité de présence. » G. Madiner, Conscience et amour,pp. 96-97 (Foulq.-St-Jean 1962).

 

 

Voir aussi le post sur la gratitude

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *