shadow

Un peu de technique ici. Voici quelques ‘artifices’ du langage qui permettent de contourner le « facteur critique ». Surveillez votre langage, écoutez les phrases des autres.

Ces techniques sont généralement utilisées dans la vente, en communication, en PNL, en politique … ces quelques trucs du langage peuvent être appliqués dans l’entretien préliminaire de la séance et dans les inductions hypnotiques.

  feu-d-artifice-mer

1. Les Liens (ou suggestions imbriquées)

« Lier » est la combinaison de deux énoncés. Il existe deux sortes de liens : « la cause et l’effet » et « les enchaînements ». Ce liens créent une relation entre quelque chose qui se produit (ou qui se produira bientôt) et quelque chose que vous voulez voir se produire.

Cause et de l’effet

Les formes les plus simples de la cause et de l’effet sont :

  • « Tu es assis ici ce matin et tu es intéressé par ce que tu apprendras aujourd’hui ».

Imaginez-vous disant ces deux phrases à votre enfant:

  • « Je sais que tu t’amuses avec tes jouets, et maintenant il est temps que tu sois prêt à dîner. »
  • « Je sais que tu t’amuses avec tes jouets, mais maintenant il est temps que tu sois prêt à dîner. »

Vous remarquerez que »et » crée un lien entre les deux pensées, alors que »mais » les sépare.

  • « Si tu fermes les yeux alors tu entreras en transe plus rapidement. »
  • « Si tu achètes cette robe, alors tu seras la plus jolie femme de la soirée. »
  • « Si tu te brosses les dents, alors tu t’endormiras plus vite.’

Lier la cause et l’effet dans le temps

  • « Pendant que tu entends le son de ma voix, tu peux commencer à te détendre de plus en plus. » Affirmez en premier ce qui se produit actuellement, et en second ce que vous voulez qui se produise.
  • « Tu pourras commencer à entrer en transe lorsque tu m’entendras compter de dix à un » est plus perturbant que  « Lorsque tu m’entendras compter de dix à un, tu pourras commencer à entrer en transe »

Commencez par un constat factuel et puis conduisez le sujet là où vous voulez qu’il aille.

  • « Chaque fois que je touche le lobe de mon oreille, mon envie de manger une nourriture saine augmente. »

Les énoncés de cause et d’effet n’ont pas besoin d’être logiques pour être acceptés par le cerveau!

  • « Parce que nous ne nous sommes pas vus depuis si longtemps, nous aurons une soirée agréable. » ou
  • « Parce que nous avons eu tant de concurrence dans le passé, nous allons pouvoir résoudre ceci d’une manière amicale ».

Lier la cause et l’effet en utilisant des verbes « forts »

  • « Prendre une profonde Inspiration entraîne la disparition immédiate de votre désir de fumer. »

Bien séquencer l’ordre de la phrase

  • « Après avoir travaillé dur toute la journée, cela doit donner envie de passer une soirée tranquille à la maison avec moi », est plus efficace / logique que :
  • « Vous devriez avoir envie de passer une soirée tranquille après avoir travaillé si dur toute la journée ».

A nouveau il est bon de rythmer l’autre (pace – lead ) , et puis de le conduire dans la direction que vous souhaitez lui faire prendre.

  • « Avoir eu une enfance difficile te rend encore plus conscient de ce que tu peux faire pour créer des relations heureuses. »

Avec cette formulation, vous avez non seulement lié deux énoncés, vous avez aussi changé une négation en une affirmation positive. C’est ce qu’on appelle le « recadrage » et cela peut être un outil puissant!

Quelques autres exemples d’énoncés de »recadrage »:

  • « Je sais que tu es passé par des moments difficiles et j ‘admire que tu aies tant d’endurance et de courage. » ou,
  • « Puisque tu as essayé tant de fois de perdre du poids en faisant des régimes, tu dois réellement avoir envie de réussir en utilisant l’approche beaucoup plus simple de l’hypnose »

Les enchaînements

Le fait d’enchaîner donne à votre sujet l’habitude d’être d’accord avec vous. « et … et … et . »

  • « J’ai travaillé ici pendant cinq ans et j’ai réalisé avec succès de nombreux projets, et j ‘ai de bons rapports avec mes collègues et avec mes supérieurs, et je suis sur que vous serez d’accord pour que j’obtienne la promotion. »
  • « Tu es assis sur une chaise, dans une position confortable, tes pieds reposent sur le plancher et tu commences maintenant à entrer dans une transe très profonde. »

Enchaînez un nombre de faits évidents et ensuite ajoutez votre suggestion. Le sujet a tellement l’habitude d’être d’accord avec vous que cela lui est très facile d’être d’accord avec vous une fois de plus!

2. Les présuppositions (ou la double option, le choix illusoire)

Cette technique suppose que l’accord a déjà été établi, et que la négociation ne porte que sur un détail. Il y a deux sortes de présuppositions : les présuppositions dans le temps et l’utilisation de soit/ou/avant que.

Présuppositions dans le Temps

  • « Tu préfères avant, ou après ? »
  • « Tu préfères mettre notre réunion avant ou après le déjeuner? »
  • « Tu préfères apprendre ton vocabulaire avant ou après que nous ayons dîné ? »

Vous dirigez doucement la conscience intérieure de la personne à prendre une décision, non de faire ou de ne pas faire le travail scolaire, mais seulement QUAND cela sera le plus agréable. Vous avez aussi créé une image mentale d’APPRENDRE, et non de faire un travail. Ces sortes de petits ajustements peuvent entraîner de grands changements.

  • « Est-ce que tu vas faire d’abord … , ou d’abord ….? »
  • « Est-ce que tu veux d’abord t’arrêter de fumer, ou bien te débarrasser des insomnies? »
  • « Est-ce que tu vas d’abord appeler, ou simplement passer ? »

Les vendeurs ont utilisé cette technique pendant des centaines d’années. Au lieu de demander au client s’il le veut, la présupposition est que le client le veut bien réellement et le vendeur formule la question de façon à ce qu’il devienne difficile de dire non.

  • « Préférez-vous être livré mardi ou samedi ? »
  • « Vous préférez la rouge ou la verte ? »
  • Voulez-vous vos initiales du côté du conducteur ou du coté du passager ? »

Présupposition en utilisant soit/ou/avant

Aussi appelée la « double option »- Tout vendeur qui réussit utilise la présupposition. C’est le choix illusoire.

  • « Préférez -vous le … ou le …. ?« 
  • « Préférez-vous une transe légère ou une transe profonde? »
  • « Préférez-vous la voiture vert sapin ou la rouge pompier? »

C’est une vieille ruse de vendeur. L’acheteur se retrouve en train de décider non pas s’il doit acheter ou ne pas acheter la voiture, mais quelle sera la couleur de la voiture qu’il VA acheter! Dans la vente on appelle cela une issue mineure ou une conclusion conditionnelle.  « Ne fais pas avant que . »

  • « N’entre pas en transe avant que tu m’entendes dire le mot « Sors. »
  • « N’entre pas en transe avant que je ne touche ton épaule gauche. »
  • « N’entre pas en transe avant d’être assis confortablement sur ta chaise. »

Les hypnotiseurs l’utilisent beaucoup. La question que se pose le sujet ne devient pas EST-CE QUE je vais entrer en transe ? mais QUAND vais-je entrer en transe. C’est une formulation puissante mais aussi une formulation rassurante.

Faire remarquer

Faire remarquer, c’est établir des constats qui ne peuvent pas être contredits- Tout ce que vous avez besoin de faire, c’est de GÉNÉRALISER. Vous restez si évasif que le sujet doit remplir les espaces en utilisant son propre système de représentation.

  • « Je me demande si tu as remarqué que ? »

Ce que vous dites réellement c’est que vous avez remarqué. Maintenant lui, il doit remarquer.

  • « Il est bon que … »
  • « Imagine que … »
  • « Imagine que tu sens que ton projet se réalise ».

3. Dans l’hypnose thérapeutique

« Les gens se relaxent facilement en utilisant cette méthode. »

Quels gens ? Combien étaient-ils ? Et comment l’ont-ils fait exactement ? Ces questions ne se posent pas.

  • « Permets à ton esprit de retourner en arrière dans le temps pour retrouver la cause de ton problème. Qu’est-ce que tu ressens ? »
  • « Remarque une sensation particulière dans ton corps quand tu te détends complètement ».

POUR RASSEMBLER DES INFORMATIONS, soyez à l’écoute des phrases qui semblent GÉNÉRALES et posez des QUESTIONS PRÉCISES:

  • « J’ai essayé de nombreuses fois de perdre du poids, et j’ai échoué à chaque fois. » -> « Combien de fois as-tu essayé ? Comment as-tu échoué ? »
  • « Je ne peux pas le faire. » -> « Qu’est-ce qui t’arrête ? »
  • « Fais attention. » -> « A quoi veux-tu que je fasse attention ? »
  • « C’est moche d’être au chômage » -> « C’est moche pour qui d’être au chômage ? »
  • « Je suis toujours déprimé. » -> « Tu es toujours déprimé ? A chaque minute de ta vie ? Y a-t’il eu une seule fois où tu n’étais pas déprimé ? »

 

Tout cela marche lorsque c’est dit dans le respect de l’autre, et que le rapport est bien engagé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *