shadow

Article en lien avec l’article parlant de l’homéostasie .

On utilise parfois à tort les adjectifs compliqué et complexe. En effet, ces deux mots prêtent à confusion puisqu’ils comportent un sens commun qui est celui de « difficile ».

Il existe des systèmes avec de nombreux constituants différents qui sont compréhensibles à partir d’une approche réductionniste. Ainsi, un avion moderne est composé d’un tas de composants divers, parfois eux-mêmes composés d’éléments plus simples. Toutefois, la compréhension de chaque élément d’un composant permet de prévoir le comportement de ce composant, et la compréhension de chaque composant permet de prévoir le comportement de l’avion. Un tel système est compliqué, mais n’est pas complexe.

avion

Un métal pur comme l’or est, à l’inverse, un système peu compliqué : il n’y a qu’un seul type d’atome (Au). Pourtant il est très difficile de prévoir précisément les propriétés macroscopiques de l’or (sa température de fusion, par exemple), et la théorie nécessaire pour comprendre qualitativement certaines de ses propriétés comme sa ductilité n’est pas à la portée du premier venu. Il s’agit donc d’un système complexe, mais pas compliqué.

femme

 

La systémique est donc une approche qui abandonne la recherche de la compréhension des composants d’un système pour se focaliser sur son fonctionnement global.
Le corps humain est certainement un système complexe (et compliqué), et l’homéostasie est typiquement un phénomène de système complexe. L’homéostasie est une caractéristique générique des systèmes parmi les plus intéressants, ceux qui conservent durablement une structure stable. Il peut s’agir d’un organisme vivant, mais aussi d’une entreprise, d’un procédé industriel, ou encore d’une économie. On est déjà loin de la médecine !

Un modèle de système complexe

L’homéostasie biologique est intéressante car elle permet de comprendre un système complexe stable par analogie avec un organisme vivant.
D’abord, pour qu’il y ait homéostasie, il faut des mécanismes de régulation. Ce sont des mécanismes permettant le retour à un état stable, faisant typiquement appel à un rétroaction négative:

lorsque l’on perturbe le système, il s’en suit alors un effet qui va avoir tendance à ramener le système vers son état stable initial.

Les mécanismes de régulation sont en principe efficaces pour des petites perturbations. Par contre, dès qu’une perturbation est trop importante, il se peut que la rétroaction devienne positive :le mécanisme de régulation éloigne alors le système de son état stable initial. Il se peut alors que :

  • le système se détruise: c’est le cas de l’organisme vivant qui meurt ;
  • le système se stabilise dans un autre état stable.

La seconde situation est la plus intéressante, car elle est assez fréquente dans un système très complexe. Ainsi, une même personne peut stabiliser sa corpulence à divers niveaux : un petit régime n’a probablement guère d’effet à long terme du fait de la régulation de l’organisme, mais une perte de poids liée à une longue maladie peut modifier durablement la corpulence à une valeur nettement plus faible. Attention, je ne prétends en aucun cas préconiser une méthode de régime à quiconque : adressez-vous à un médecin.

Ainsi, l’homéostasie empêche de changer d’état en cas de petite perturbation, mais cet état stable n’est pas forcément unique pour un système complexe donné. Ce serait même l’exception.

1845cda974d5ee6462caec3f6eaab49b
Pour aller plus loin sur ce sujet :

  • http://blog.tcrouzet.com/2009/04/17/complexe-ou-complique/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *