shadow

Il était une fois un yogi qui vivait au bord du Gange. Il passait toute la journée en méditation. A l’aube et au couché du soleil il récitait des mantras. Malgré sa vie extrêmement ascétique et il était profondément heureux car il maîtrisait son mental. Des envies ne surgissaient ni dans sa tête ni dans son corps. Il vivait en harmonie avec la nature et les êtres autour. Son cœur était rempli d’amour. Des pèlerins et des villageois lui apportaient le peu de nourriture qui lui suffisait pour maintenir son énergie. Il brillait de gratitude pour la moindre chose qu’on lui offrait. Sa seule possession (et préoccupation) était sa kaupina (le slip yogique) qu’il lavait dans l’eau pure du Gange tous les jours.
Une fois en s’approchant de sa kaupina qui séchait au soleil le yogi s’est aperçu qu’une petite souris y rongeait un grand trou. Comme c’était son seul vêtement le yogi s’est dit : « Je dois gérer cela car une kaupina avec ce trou n’a absolument aucun sens » ! Et le lendemain le yogi a demandé aux garçons du village de lui amener un chat.

Le mental du yogi s’est calmé, il n’était plus inquiet pour son vêtement. Il s’est installé pour la méditation. Mais après quelques heures le chat est venu se frotter contre le corps maigre du yogi. Le cœur de yogi s’est rempli de compassion : « Bien sûr, comment ai-je pu oublier ? Tu veux manger ? » Le yogi s’est dit qu’il devrait avoir une vache qui donnerait du lait pour nourrir le chat. Comment autrement préserver sa kaupina des attaques de la souris ? En quelques jours les habitants du village ont appris cela et lui ont offert une vache. Yogi était satisfait. « Maintenant enfin je vais pouvoir méditer tranquillement » s’est dit il.

Mais très vite la vache a commencé à beugler pour demander de l’herbe. « Elle a raison, je dois l’amener à une prairie, autrement comment pourra t elle donner du lait pour que je nourrisse le chat qui protège ma kaupina de la souris ? ».

Maintenant tous les jours le yogi amenait la vache à la prairie. Chaque matin il consacrait 2 heures pour traire la vache et nourrir le chat. Il n’avait de temps pour méditer et chanter ses mantras que le soir.

Après un mois de cette vie il se dit : « Ça ne va pas du tout. Je ne peux pas passer ma vie à faire tout ça ! Il vaut mieux que je me marie comme ça ma femme s’occupera des animaux et j’aurais enfin du temps pour méditer ». Il s’en est allé au village et s’est marié avec une jeune et très belle fille.

Malgré ses aspirations le yogi n’avait pas plus de temps pour la méditation, bien au contraire ! Le premier soir après le mariage sa jeune femme lui a annoncé qu’elle ne pouvait pas dormir dehors et qu’il devait lui construire une maisonnette.

Après il a fallu une grange pour la vache. Et ensuite ils ont eu des enfants, il fallait s’occuper du potager pour avoir des légumes. Quand ses filles ont grandi elles ont commencé à demander de leur acheter des saris, des bijoux. Le pauvre yogi n’avait plus qu’un jour par semaine pour sa pratique spirituelle !

2015-07-02_151008

Un jour le yogi regardait le Gange et il s’est souvenu du jour où il a vu la souris ronger le trou dans sa kaupina. Il s’est rappelé de la paix qui régnait dans son cœur et de la dévotion pour le Suprême qu’il avait perdu depuis longtemps. Il regardait le Gange couler sans s’arrêter une seconde et il se rendit compte qu’il gaspillait le temps précieux de sa courte vie pour gérer des préoccupations de son mental et satisfaire ses attachements.

Des larmes lui ont obscurci la vue. Il a enlevé tout son vêtement, il a laissé sa femme et ses enfants qui étaient déjà adultes et en gardant seulement la kaupina qu’il portait depuis toujours il s’est isolé loin dans les montagnes d’Himalaya.

 

5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *