shadow

QUESTION D’UN DISCIPLE :
Quel type de méditation pourrait m’être utile ?

BHAGAVAN :
Les méditations sur des objets ne servent à rien. Vous devez apprendre à voir que sujet et objet ne font qu’un. En méditant sur un objet, concret ou abstrait, vous détruisez l’impression d’unité et créez la dualité. Méditez sur ce que vous êtes en réalité……vous découvrirez…

LE DISCIPLE :
Quoi ?

BHAGAVAN :
C’est à vous de le découvrir. Cela se révèlera. Accrochez-vous à cette révélation.
Tournez votre attention vers le sujet qui perçoit. Il est la source de votre « je ».
Réalisez cela, c’est la tâche qu’il faut accomplir. Découvrez la réalité que représente ce mot « je ».
Découvrez l’entité qui est la source du mot « je ». C’est le Soi, le Soi de tous les soi. »

Ne fixez pas votre attention sur toutes ces choses de la vie qui ne cessent de changer, ni sur la mort et les phénomènes.
Ne pensez même pas à l’acte de voir qui vous fait percevoir ces choses, mais seulement à cela qui voit toutes ces choses,
cela à qui l’on doit toutes ces choses.

Au début, cela semblera presque impossible, mais les résultats se feront sentir progressivement.
Cela demande des années de pratique quotidienne, mais c’est ainsi que l’on devient un maître.

Chaque jour, pendant un quart d’heure les yeux ouverts, essayer de garder l’esprit fixé sur Cela qui voit. Il est en vous.
Ne vous attendez pas à ce que « Cela » soit quelque chose de bien précis sur lequel le mental peut se fixer facilement.
Il faut des années pour trouver ce « Cela », mais les résultats de cette concentration seront apparents en l’espace de quatre à cinq mois : paix de l’esprit, pouvoir de faire face aux ennuis, clairvoyance inconsciente. »

Je vous ai donné cet enseignement comme les Maîtres le donnent à leurs disciples intimes. A partir de maintenant, pendant la méditation, concentrez votre pensée non pas sur l’acte de voir ni sur ce que vous voyez, mais sur Cela qui voit. »

Un jour, Bhagavan demanda à quelqu’un qui parlait de faire telles et telles choses :

« Pourquoi croyez-vous être celui qui agit ? Tous les ennuis viennent de là. C’est tout à fait absurde, car chacun sait que « je » ne fait rien, seul le corps agit, « je » demeure le témoin.

Nous nous associons tellement à nos pensées et à nos actions que nous répétons constamment :

« J’ai fait telle ou telle chose » alors qu’en réalité nous n’avons rien fait du tout.
Demeurez dans la position de témoin et laissez les choses suivre leur cours.
De toute façon vous ne pouvez pas les empêcher de suivre leur cours !

Auteur : Ramana Maharsh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *