shadow

Un jour, dans un village, se tenait au milieu de la foule se tenait une jeune femme. Elle se prénomme Safia, elle était jolie et un peu sorcière. Elle affirmait avoir le plus beau cœur de toute la vallée.

La multitude s’était approchée d’elle et tous étaient d’accord sur ce point : son cœur était parfait ! Aucune égratignure ou plaie sur son cœur et tous étaient unanimes qu’il s’agissait là du plus beau cœur qu’ils n’avaient jamais vus. La jeune femme était très fier et se vantait encore plus de son beau cœur parfait. Elle n’avais jamais réellement su ce qu’est l’Amour.

Un vieil homme sorti de la foule et dit : « Pourquoi ton cœur n’est-il pas aussi beau que le mien ? »

La foule et la sorcière observaient alors le cœur du vieillard. Il battait puissamment mais était plein de cicatrices et il y avait des morceaux en moins ça et là. Certains morceaux étaient greffés aux endroits où il en manquait. Ils étaient irréguliers et mal ajustés. Les coins étaient déchirés. Il y avait même des endroits où il manquait des morceaux. Les gens regardèrent avec étonnement :

« Comment pouvez-vous dire que votre cœur est le plus beau de tous ? »

La jeune femme regarda le cœur du vieil homme et vit dans quel état il était et se mit à rire :

« Vous plaisantez ? » dit-elle. « Comparez votre cœur au mien. Le mien est parfait et le vôtre est une ruine pleine de cicatrices et de déchirures ! »

« Oui ! » répondit le vieil homme, « Votre cœur est en effet très beau, mais je ne voudrais pas l’échanger avec le vôtre. Regardez, chaque cicatrice représente une personne à qui j’ai donné mon amour. Je déchire alors un morceau de mon cœur et le lui donne et souvent ils me donnent un morceau de leur cœur en retour pour le mettre à la place du mien. Mais les morceaux ne sont pas exactement les mêmes. Les coins sont déchirés, je suis d’accord avec vous, mais cela me rappelle que nous avons partagé de l’amour l’un à l’autre. Parfois je donne un morceau de mon cœur à quelqu’un d’autre, mais il ne me donne rien en retour. Ce sont les trous que vous voyez là.

Donner son amour comporte des risques. C’est pourquoi ces trous me font du mal. Ils restent ouverts. Cela me rappelle que j’ai de l’amour pour ces gens et j’espère alors qu’un jour ils reviendront pour me remplir mon cœur. Voilà », continua-t-il, « voyez-vous maintenant ce qu’est la vraie beauté ? »

Safia ne sût que dire et des larmes coulaient le long des joues. Elle s’approcha du vieil homme, prit son propre cœur dans sa main et en déchira un morceau. Elle l’offrit au vieillard avec des mains tremblantes. Le vieil homme accepte ce sacrifice et le déposa sur son propre cœur. Il en prit un morceau à son tour pour combler la plaie dans le cœur de la jeune femme. Il ne passait pas exactement dans la plaie, il y avait quelques déchirures, mais Safia regarda son cœur qui n’était plus parfait, mais il était beau, beaucoup plus beau qu’auparavant parce que l’amour du vieil homme circulait dans son propre cœur.

Ils donnèrent la main et s’en allèrent ensemble.


Note : Histoire légèrement adaptée pour coller à la situation d’une lectrice du site.

  • Etes-vous à ce point déçu du monde que vous vous isolez ? Vous n’osez plus partager pour « vous protéger ». Cette protection est un paradoxe : en se préservant des déceptions amoureuse, en évitant de donner son cœur, on s’enferme au point de devenir solitaires et peut-être malheureux aussi.
  • Sa « carte du monde » n’est pas la même que la vôtre. Le don de soi est ressenti chez chacun de façon très  différente alors que son intensité peut être la même !…

 

 

A réfléchir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *