shadow

« Il apparaît de plus en plus que nous ne sommes pas placés dans un monde morcelé. Les grossières divisions entre esprit et nature, âme et corps, sujet et objet, sont de plus en plus considérées comme des fâcheuses conventions de langage. Ce sont des termes boiteux qui ne s’appliquent plus à un univers où tout est en interdépendance, un univers qui se présente comme un vaste complexe de relations subtilement équilibrées.

La nature a un caractère intégralement relationnel, et une interférence en un point déclenche d’imprévisibles réactions en chaîne. »

« Au centre de cette nouvelle manière d’envisager les choses, on trouve l’idée d’un monde unitaire sans le moindre raccord, tissu d’interactions mutuelles, où une chose ne se comprend que rapportée à une autre et réciproquement. Il est impossible, dans cette perspective de considérer l’homme isolément de la nature. »

« Dans cette nouvelle façon de penser, esprit et matière se résolvent en processus, tandis que les choses se trouvent changées en évènements.

La découverte de notre totale imbrication avec la nature est d’une telle portée que la compréhension du noeud de relations revêt une importance primordiale, qui impliquerait de comprendre la nature « de l’intérieur ».

« La conscience d’une solidarité indissoluble de l’homme avec la nature peut être accablante pour certains. Elle apparaît humiliante à une civilisation où l’homme a toujours été considéré comme le couronnement de la création et son « maître et possesseur. »

« L’Occident professe une philosophie tournée vers le futur, mais son attitude effective est en contradiction avec cet idéal. Sa vue ne porte guère au-delà du lendemain puisqu’il exploite les ressources terrestres (et modifie l’environnement) avec une connaissance très fragmentaire du réseau de relations ainsi déséquilibré. »

 

– Alan Watts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *